Responsable du bonheur –Chief happiness officer

chief happiness officer

Directeur du bonheur ?

Voilà un titre qui ne manque d’enthousiasme, d’ambition, chargé de promesses mais qui peut prêter à sourire.
Notre époque se caractérise par une tendre obsession de soi : ce qui compte, ce n’est pas ce que vous pensez ou faites, mais ce que vous ressentez.
Il ne fait aucun doute que ce que tout le monde veut, c’est le bonheur. Le seul problème est de savoir en quoi consiste le bonheur, une question sur laquelle les penseurs moraux n’ont jamais été capables de s’entendre et ne le seront probablement jamais. Le bonheur est-il un sentiment purement subjectif, ou peut-il être mesuré d’une manière ou d’une autre ? Pouvez-vous être heureux sans le savoir ? Peut-on seulement être heureux sans le savoir ? Quelqu’un pourrait-il être tout à fait malheureux tout en étant convaincu qu’il était en extase ?

responsable bonheur entreprise
Business people office life of team people are happy with hand up sitting table . Cabinets with folders in background. People in suits glad with successful deal and celebrate success in office.

Les études

De nos jours, le concept du bonheur est passé de la sphère privée à la sphère publique. Comme le rapporte William Davies dans cette étude fascinante, de plus en plus d’entreprises emploient des responsables du bonheur, tandis que Google a un ” bon ami ” pour garder le moral de l’entreprise. Peut-être que la Banque d’Angleterre devrait envisager d’engager un clown? Des conseillers spécialisés en bonheur conseillent ceux qui ont été déplacés de force de chez eux sur la façon de passer à autre chose sur le plan émotionnel. Il y a deux ans, British Airways a testé une “couverture de bonheur”, qui passe du rouge au bleu au fur et à mesure que le passager se détend pour que votre niveau de satisfaction soit visible par les agents de bord. Un nouveau médicament, le Wellbutrin, promet de soulager les symptômes dépressifs majeurs qui surviennent après la perte d’un être cher. Il est censé fonctionner si efficacement que l’American Psychiatric Association a statué que le fait d’être malheureux pendant plus de deux semaines après la mort d’un autre être humain peut être considéré comme une maladie mentale. Le deuil est un risque pour le bien-être psychologique d’une personne.

Plus vous courrez après l’argent, le statut et le pouvoir, plus votre sens de la valeur est susceptible d’être faible.

Le bonheur, c’est quoi?

Il n’est pas étonnant que la notion de bonheur ait été prise en charge par le public, étant donné la propagation remarquable du malaise spirituel dans le monde entier. Environ un tiers des adultes américains et près de la moitié en Grande-Bretagne pensent qu’ils sont parfois déprimés. Pourtant, plus d’un demi-siècle après la découverte des antidépresseurs, personne ne sait vraiment comment ils fonctionnent. Les travaux sur lesquels les individus ont peu de contrôle peuvent augmenter le risque de maladie cardiaque. (Les coopératives, en revanche, sont apparemment bonnes pour la santé.) Ce qu’on appelle l’austérité a rendu les gens plus malades et en a poussé certains à mourir. Des pays très inégaux comme le Royaume-Uni et les États-Unis engendrent des problèmes de santé mentale bien plus graves que des pays plus égalitaires comme la Suède. La maladie, l’absentéisme et le ” présentéisme ” (le fait d’entrer sur le marché du travail uniquement pour être physiquement présent) coûteraient à l’économie américaine jusqu’à 550 milliards de dollars US par an.

Perception du bonheur

Il est prouvé qu’un esprit de compétition peut déclencher des maladies mentales chez les gagnants comme chez les perdants, en particulier dans le cas de certains sportifs de au niveau. En dépit de la réfutation vivante connue sous le nom de Donald Trump, plus vous poursuivez l’argent, le statut et le pouvoir, plus votre sens de la valeur est susceptible d’être faible. Compte tenu de leur culture pathologiquement optimiste, les Américains ont tendance à minimiser leur tristesse, tandis que les Français, sont plus enclins à le sous-estimer.

Le bonheur et le travail

Le bonheur est excellent pour les affaires. Un travailleur joyeux est jusqu’à 12% plus productif. Une science des sentiments humains – ce que Davies appelle “la surveillance, la gestion et le gouvernement de nos sentiments” – est donc l’une des formes de connaissance manipulatrice qui croît le plus rapidement. Il en va de même pour les études de marché dans le domaine du shopping, qui utilisent désormais de vastes programmes de scannage du visage afin de révéler l’état émotionnel des clients. Les neuroscientifiques aux yeux plus brillants affirment qu’ils sont sur le point de découvrir un “bouton d’achat” dans le cerveau.

Les études psycologiques

La psychologie est un moyen éprouvé de détourner l’attention des causes sociales. Après le krach économique de 2008, certains psychologues ont conclu que le problème n’était pas les banques mais le cerveau. Wall Street avait été affligée par le mauvais type de neurochimie. Il y avait trop de testostérone chez les businessmans et trop de banquiers étaient sous cocaïne. Un médicament a donc été développé sur la base de scanners cérébraux de businessmans qui promettaient une meilleure prise de décision. Ce qui compte dans le monde narcissique du capitalisme tardif, ce n’est pas ce que vous pensez ou faites, mais ce que vous ressentez. Et comme on ne peut pas s’opposer à ce que vous ressentez, il est commodément à l’abri de tout débat. Les hommes et les femmes peuvent désormais se promener en mode d’autosurveillance continue, en utilisant des applications pour suivre leurs changements d’humeur. L’ego brutal et dominateur d’un style de capitalisme plus ancien a cédé la place à la tendance à la domination.

L’épanouissement personnel

Ce que Davies reconnaît, c’est que le capitalisme a en quelque sorte incorporé sa propre critique. Ce que le système considérait avec suspicion – sentiment, amitié, créativité, responsabilité morale – a maintenant été coopté dans le but de maximiser les profits. Un commentateur a même plaidé en faveur de la gratuité des produits afin de créer un lien plus étroit avec le client. Certains employeurs ont pris l’habitude de représenter les augmentations de salaire qu’ils offrent à leurs employés comme un cadeau, dans l’espoir d’obtenir de leur part de la gratitude et donc un effort accru. Il semble qu’il n’y a rien qui ne puisse être instrumentalisé. Pourtant, l’intérêt du bonheur, c’est qu’il s’agit d’une fin en soi, plutôt que d’un moyen d’accéder au pouvoir, à la richesse et au statut. Pour une tradition de pensée éthique d’Aristote et d’Aquin à Hegel et Marx, l’épanouissement de l’homme naît de la pratique de la vertu, et cela se produit uniquement pour son propre bien. Comment être heureux est la question principale abordée par l’éthique, mais “Pourquoi être heureux” n’est pas une question à laquelle elle peut répondre.

L’auto-illusion

La même tradition de pensée refuse de séparer le bonheur des circonstances matérielles dans lesquelles il s’inscrit. Les hommes et les femmes ne peuvent s’épanouir que dans certaines conditions sociales. Le bonheur est lié à notre activité, plutôt qu’à un état mental privé. Nous sommes des agents pratiques, pas des états de conscience qui marchent. Un esclave qui est régulièrement battu peut prétendre qu’il est béatement satisfait, mais c’est probablement parce qu’il ne connaît aucune autre situation. En ce sens, le bonheur n’est pas une affaire entièrement subjective. Vous pouvez croire que vous êtes heureux, mais que vous êtes victime de l’auto-illusion. Mais elle n’est pas non plus objective dans le sens d’une tache de substance dans le cerveau, comme certains neuroscientifiques semblent l’imaginer. Ce qu’ils oublient, comme l’affirme Davies, c’est que les “processus mentaux” sont liés à l’action des êtres humains qui s’inscrivent dans les relations sociales, guidés par des buts et des intentions qui doivent être interprétés.

Le bonheur ?

Le bonheur pour les études de marché et les psychologues d’entreprise est une question de bien-être. Mais il semble que des millions d’individus ne se sentent pas bien du tout, et il est peu probable qu’ils soient persuadés de s’en remettre aux technologies de contrôle de l’esprit qui les incitent à travailler plus dur ou à consommer davantage. On ne peut pas vraiment être heureux si on est victime d’injustice ou d’exploitation, ce que les technologues de la joie ont tendance à négliger. C’est pourquoi, quand Aristote parle d’une science du bien-être, il lui donne le nom de politique. Ce point n’intéresse guère les neuroscientifiques, les gourous de la publicité ou les mordus de la pleine conscience, c’est pourquoi une si grande partie de leur travail est spectaculairement hors sujet.

Laisser un commentaire